Journal VII

Par Benjamin Klein
Mai 19, 2020
Journal VII

Photographie de Frida Kahlo

 

Alors que bien des artistes n’ont plus accès à leur atelier ou ont de la difficulté à se procurer matériaux et équipements, la création au temps de la COVID-19 devient de plus en plus complexe, et parfois source de tension. Pris entre le poids des attentes quant au défi de s’exprimer sur la situation actuelle et la frustration d’être dans la contrainte ou dans l’impossibilité physique de créer, un grand nombre d’artistes, moi y compris, ont l’impression que « c’est le moment ou jamais de produire, de donner le meilleur de soi en tant que créateur ». Mais comme plusieurs d’entre nous sont dans l’impossibilité de travailler, alors que nous débordons d’idées et que nous sommes habités par un sentiment d’urgence encore plus intense qu’à l’habitude de les exprimer, ces contraintes sont d’autant plus frustrantes. Cette période de confinement et de distanciation sociale représente un point d’inflexion bien particulier pour les artistes : est-ce que la crise nous amènera individuellement et collectivement à nous réinventer ? pourra-t-on à l’avenir parler d’un « style coronavirus » pour décrire des œuvres sur le plan formel, ou conceptuel ? quelles sont ces idées nouvelles qui demandent à être exprimées ? Autant de questions ouvertes, certes, mais, quelle que soit notre vision de l’art contemporain, je crois que nous pouvons tous nous entendre sur le fait que la création doit être le miroir de notre époque. Peu importe que l’Internet ait soi-disant changé le monde de l’art pour notre génération, il reste pour moi une vérité immuable : pour faire l’expérience des arts plastiques dans leur réalité propre nous devons partager leur espace, la plupart du temps en allant à leur rencontre. Ainsi, ces temps de quarantaine qui concentrent les efforts de la population vers la protection du plus grand nombre font également converger les réflexions des artistes, qui sauront, j’en suis sûr, répondre à l’appel. Cette réponse prendra peut-être la forme d’initiatives visant à joindre le plus de gens possible, pour partager un commentaire plein d’espoir et tourné vers l’avenir. Il n’est pas exagéré de dire que cette crise nous a donné une nouvelle raison de créer. Parce que l’espace et le temps pour la création ne sont pas infinis, en tant qu’artistes nous nous devons de faire face aux circonstances avec un maximum d’énergie et un engagement renouvelé. Ce dont nous avons besoin en cette période, au moins autant que de divertissement, c’est d’un art qui nous fait réaliser nos limites, pour nous aider à les transcender.

 

Photographie de Henri Matisse